peuple de l'herbe next level

LE PEUPLE DE L’HERBE Next Level

Oct 16 • Lifestyle, Musique

Level Up, le 29 septembre M’sieurs Dâmes. A l’instar d’un gamer qui enchaîne les niveaux, Le Peuple de l’Herbe n’entend pas se reposer sur ses acquis. Avec ce septième album studio, c’est toute la fougue de nos Lyonnais que l’on retrouve avec grand plaisir, et même « PLUS » : deux featurings de Marc Nammour (La Canaille) et Louis Michot (The Lost Bayou Ramblers).

 

peuple de l'herbe next level

Les douze titres bouclant sur mon lecteur depuis quelques jours, je me dis que plus que jamais sur cet opus, on sent que le Peuple se bonifie avec l’âge. L’expérience hurle toute la maîtrise de ce qui a fait et constituera désormais tout leur patrimoine génétronique, plutôt « complet » penserez-vous : électro, rock, hiphop, scratchs, samples, soul, funk, dub, jazz, ambiances de films.

« PLUS » disais-je ? L’évolution est là. La guitare plante le décor d’emblée avec un bon gros riff rock à l’intro du premier morceau ou fusionnent tranquillement guitares saturées, basses massives et samples ravageurs. La couleur est annoncée et « Soya Green » confirme la présence de la guitare en décor sonore du flow de JC 001.

 

 

Un pur régal à chaque titre, tellement la palette d’influences du Peuple est vaste et si efficacement mise en oeuvre. « Mon étoile rouge » distille un flow tranchant et criant d’amour. Un régal. La guitare qui n’en pouvait plus de refroidir nous revient sur « Le Boom », et là, c’est le dancefloor qui s’aventure dans l’album sur un électro rock qui tourneboulera les lives, pour sur. La ballade a aussi sont mot à dire, sur « What A Shame », truffé de scratchs et de sonorités multifacettes, et de cette profonde voix grave qui a fait la patte du Peuple.

L’ambiance « musique de film » n’est pas en reste, avec « Mogador » qui sonnerait comme la B.O. d’un  western d’anticipation ou guerriers du futur seraient pris en de lourds fights sur de sombres dancefloors mis en scène à la Robert Rodriguez. Le dancefloor façon DJ et sans plaisanterie revient sur « Tell the DJ », et il n’est pas content j’ai envie de dire. Du bon gros son qui comme déja dit, va retourner les fosses lors des tournées. Ca va fumer croyez-moi (…).

On se calme ensuite, on peut s’asseoir, faire une pause, et on pourrait peut être s’en faire un p’tit ? Hein ? Ca dub sec sur « Rude Bwoy » et ça fait du bien. Oui, le dub aussi ils savent faire, ben oui, ils sont comme ça au Peuple. De la basse à onde de choc, du sample qui tourne. Des nappes qui résonnent et s’envolent. Hummmmmmm.

L’électro rock se permet ensuite l’affront d’embrasser et d’embraser le dancefloor sur « Class War », sorte de cerise sur la galette Next Level, histoire de dépasser et d’élever le niveau de nos consciences encore un peu d’avantage. Higher state of consciousness comme disait Josh.

 

Et oui, j’aime m’amuser, j’aime chanter, j’aime cette vie, « C comme ça » conclut comme un chef ce nouvel album et résume bien l’esprit de l’ensemble, sur ces sonorités efficaces, aussi riches que diverses qui ont fait que le Peuple est ce Peuple aujourd’hui. Le rassemblement poursuit sa route.

Génial les gars, vous êtes juste grands.

 

Tracklist :

01_It Won’t Make No Difference

02_Soya Green

03_Sing My Song

04_Mon étoile rouge

05_Le boom

06_What A Shame

07_Mogador

08_La lune est croche

09_Tell the DJ…

10_Rude Bwoy

11_Class War

12_C comme ça

 

LE PEUPLE DE L'HERBE

URL

Style

Pays

Date création

http://www.lepeupledelherbe.net

Abstract Hip Hop

France

1997

 

2 Responses to LE PEUPLE DE L’HERBE Next Level

  1. mr_tboonmr_tboon dit :

    @lepeuple Morte l’article sur le peuple de l’herbe. Toujours au top la Team TREMENDOUS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

« »