Roger Molls FOCUS

Rétrospective ROGER MOLLS

Juil 31 • Lifestyle, Musique

Il le mérite ce focus, Roger Molls. Et de la reconnaissance, il devrait en recevoir beaucoup plus que cela. Originaire de Roubaix, il est un de ces gars qui touche à tout, qui sait tout faire et qui fait tout. Au départ vidéaste, puis beatmaker, il est à l’origine de l’association audiovisuelle CôneProd.
En trois albums autoproduits (deux « vrais » albums et un troisième aux allures de mixtape), Roger Molls est parvenu à se faire une vraie place dans la cour des grands de l’abstract hip-hop. Un maître chirurgien du sample (car à ce niveau on parle de science) capable, à partir d’un sample d’orchestre symphonique, de vous pondre un titre frisant le chef d’œuvre (oui bien sûr, je pense à HIPOLOGY, mais jugez plutôt : http://youtu.be/3Pyl-GNoIMs), mais qui est tout aussi capable de composer de très belle manière, et qui ose s’aventurer là ou d’autres ne vont pas : jazz, classique, ambiances planantes, douces et même mélancoliques sur « Métamorphosis Of Muses ».

 

Rewind
Autodidacte, Roger Molls s’est mis au clavier, à la guitare, à la basse, au scratch pour pouvoir imprégner sa musique de toute son inventivité. Sans jamais perdre de vue l’instrumental et l’abstract, il navigue sur le hip-hop, trip-hop en s’entourant de MC’s fort bien appropriés à l’expérience. C’est en mai 2010 que sort « Rewind » son premier véritable album. Et là il tape fort, très fort. Tenez-vous, avec ce premier opus, on vient directement se frotter aux grands. Je pense à RJD2, DJ Shadow, Wax Tailor, DJ Cam… C’est très riche et il y en a pour tous les goûts, du soft, du punchy, toujours avec des instrus très fines et travaillées au micron, des breaks, des featurings de qualité (Ptates sur « High Speed Chase », Mr Cut aux scratches), des interludes diablement efficaces (« An old Jukebox », « Get Up »). L’instru et le talent de Mr Molls se développent encore un peu plus sur le TREMENDOUS (…) « The Listener » dont il a aussi signé le clip. Décidemment, quel talent.

 

The Man With Dusty Fingers
La seconde galette nous était arrivée en septembre 2011. « The Man With Dusty Fingers» est plutôt teinté mixtape (« Unky Jazzy Trippy Breaks) avec 18 titres aussi variés qu’efficaces. L’artiste se lâche et ça part dans tous les sens tout en tenant la route. C’est inventif et c’est riche. On note des sonorités clavier vintage, de l’ambiance à la Zorba (« Greeky »), des cuivres, de la ballade (« Oh oui »), des envolées de violons, du « Crystal » qui emmène tout un titre de génie. Et on se prend même à imaginer un générique de western sur « Eldorado ». Les samples de vieux films américains nous évoquent le Wax Tailor des premières heures et c’est un régal.

 

Metamorphosis of Muse
C’est enfin le 24 septembre 2012 que « Metamorphosis Of Muses » nous est parvenu. C’est là une autre dimension que prend la musique de Mr Molls. On arrive dans une nouvelle profondeur, et une puissance que l’on attendait pas. Cet album détonne directement avec « What’s Your Place » qui nous permet de retrouver Ptates et son flow qui valse avec l’instru. On démarre franchement hip-hop et lyrics avec Clem Powels, John Mc Lane, Above Ave, Bk & Slik Jack sur « A World » qui donne une soudaine gravité à l’album. Gravité confirmée par « Prelude To » et ce lent jeu au piano derrière lequel on distingue des enfants jouer et crier. Vient ensuite « My Life » (excellent clip d’ailleurs) qui poursuit sur le solennel avec Detin8. L’émotion, la profondeur est là, et Roger Molls nous montre encore une fois ici que ça aussi, il sait faire : nous toucher. Viendra également le très bon Stay Real, qui nous porte de sa richesse et de ses envolées vocales avec cette si suave voix féminine. Après que « Cry » nous ait filé les larmes aux yeux (oui, oui.), c’est « Lost Angels » qui termine le travail en explosant comme un bouquet final (avant la fin) tant ce titre semble vouloir crier le message de l’auteur (Clip ici : http://youtu.be/AOc5ICUj4zc). L’auteur conclut sur « The Muses », qui semble nous laisser planer dans les rêveries engendrées par tout ce périple. Oui Roger, les muses se changent, se métamorphosent, si s’agit des tiennes, alors c’est une très bonne chose. On attend la suite. Non, on l’espère. Merci Mr.

 

Roger Molls « Hipology »:

 

Roger Molls “The Listener” :

 

Roger Molls « My Life » feat. Detin8 :

 

Roger Molls “Cry” :

 

Roger Molls « What’s Your Place » Feat. Ptates :

 

Roger Molls « Lost Angels” :

 

 

 

Roger Molls

URL

Style

Pays

Date création

http://rogermolls.bandcamp.com/

Musique

France

2010

 

2 Responses to Rétrospective ROGER MOLLS

  1. super article et surtout super artiste 😉
    bravo et merci pour le cadi je ne connaissais pas… le problème est réparé !
    Big up Tremendousonly (y)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

« »