Rolling-Bones-Photography-by-Simon-Davidson

Simon Davidson, photographe de bolides

Fév 15 • Interviews, Reportages

Né en Nouvelle-Zélande et élevé à Sidney, Simon Davidson est un photographe qui voue une passion pour la vitesse et la graisse de voitures !
Entre la fumée de pneus et le bruit déchirant des soupapes, notre homme aime immortaliser les instants relatifs à différents types de courses. En effet, que cela soit du Burnout au courses de vitesse sur un lac salé, tout est bon pour nous faire vibrer via ses photos de rêves.
L’année dernière, nous avions pu voir une de ses expositions, à Saint-Etienne, et tenions à le croiser à nouveau autour de 6 questions.

Comment faites-vous pour savoir où vous placer avec ces bolides lancés à pleine vitesse ?

Chaque cliché est différent, chaque enlacement aussi. Le hasard pourrait bien faire les choses, mais c’est surtout une question d’instinct et d’anticipation… et de sérendipité, je l’avoue. Mais la plupart de mes meilleurs clichés vient d’une bonne analyse de la situation.

 

Des photos de motos, des voitures et encore des voitures. Pourquoi ?

C’est avant tout une passion pour les vieilles voitures et motos. Quoi de meilleur que de photographier ce que vous aimez !

 

A force de suivre des voitures, vous avez fini à BONNEVILLE SALT FLATS. Pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

Imaginez un endroit tellement plat que vous pouvez y admirer la courbe naturelle de l’horizon, tellement stérile que pas même la moindre vie ne peut y exister. Vous êtes alors sur un lac salé.
Lorsqu’il a fallu aller y faire des photos, le plus dur a été de maitriser la lumière, si dure. Puis la deuxième difficulté a été de voir cet univers de la course d’une façon différente. Cela a déjà été photographié tellement de fois.

 

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre dernier exposition BURNOUTS ?

Nous sommes en présence d’une sous-culture poussée à son extrême. J’ai suivi ses débuts en Australie et son évolution pendant de nombreuses années. Les pilotes, constructeurs de voitures et leurs fans son obsessivement passionnés. D’un point de vue photographique, la puissance des véhicules, la fumée, le ciel bleu, le tout sur un tarmac, sont un festin visuel. En réalité, une compétition de Burnout est très bruyante, agressive et sale mais si vous caler ce moment dans une photographie, cela vous amène à une sensation d’harmonie du moment.

 

Si vous pouviez faire un reportage photo sur un événement dans le monde, quel serait-il ?

Cela serait la Coupe du Monde de Rugby. J’ai toujours voulu le faire et je le ferai.

 

Que vous a appris la photo ?

Que la Photo peut être un miroir sans compromis. Que toutes mes forces et faiblesses était révélées au fil du temps. La Photographie m’a appris à ralentir, regarder et écouter.

 

Des réponses simples, efficaces et droit au but… comme ses photos prises à pleine vitesse.
Nous vous invitons à aller sur le site ce très bon photographe. Et n’oubliez pas que les photos sont des œuvres et que le droit de la photo existe….

http://www.simondavidson.com.au/

 

One Response to Simon Davidson, photographe de bolides

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

« »